Littératie financière : Erreurs financières

11-21-2019
Littératie financière : Erreurs financières

Les sept péchés capitaux de la planification financière

 

À cette période de l'année, quand la folie du Vendredi fou approche et que la responsabilité financière semble s'évaporer pour beaucoup de gens, il est utile de revisiter les erreurs financières et de planification qui sont, selon moi, les plus commises par la plupart des individus. Au fil des années, je les ai réduites aux sept péchés capitaux de la planification financière. Voici ma liste, et quelques suggestions pour les éviter.

1. Avarice – Ne dépensez pas plus que ce que vous gagnez

Soyons francs : Nous sommes trop nombreux à dépenser ce que nous gagnons, voire plus. Même les personnes nanties se retrouvent souvent à court d'argent avant la fin du mois. Il faut commencer par essayer de déterminer où va votre argent. Commencez par établir votre revenu. À défaut – consultez vos relevés bancaires et vos bulletins de salaire. Documentez vos découvertes. Ensuite, peut-être encore une fois en consultant vos relevés bancaires, déterminez combien de dettes vous avez remboursées au cours de l'année passée. Les hypothèques et les dettes de cartes de crédit sont les éléments les plus importants à identifier. Vous pouvez à présent documenter vos économies exactes, et les réserver pour un placement à long terme.

2. Gourmandise – N'abusez pas des bonnes choses

Certains clients viennent me voir affirmant être des investisseurs ultra conservateurs. Mais ils me montrent ensuite leurs relevés de compte sur lesquels figurent des portefeuilles remplis d'actions – des actions individuelles, des fonds communs de placement en actions et des fonds négociés en bourse. Ce n'est pas ce que j'appelle un « risque faible » ! En fait, c'est un abus considérable de bonnes choses.

C'est un problème assez simple à résoudre. Demandez-vous quel niveau de perte vous pouvez supporter dans votre portefeuille sur une période de temps donnée. Pouvez-vous tolérer une baisse de 10 % sur trois mois? Ou un an? Sur un portefeuille de 50 000 $, cela équivaut à 5 000 $. Souvenez-vous, 10 % représente ce que perd le marché lorsqu'il traverse ce qu'on appelle une « correction », comme c'est apparemment le cas en ce moment. Êtes-vous vraiment, réellement confortable à l'idée de perdre ces 5 000 $ en peu de temps? Peut-être pas !

La création d'un profil de risque honnête vous aidera à rééquilibrer votre portefeuille pour la nouvelle Année, afin d'obtenir la combinaison parfaite d'actifs de sécurité, de revenu, et de croissance, qui répondra réellement à vos besoins et vous permettra de dormir en paix.

3. Luxure – Quand vous devez absolument et assurément l'avoir

Cette erreur très courante a ruiné beaucoup d'investisseurs. Quand je demande aux nouveaux clients pourquoi ils ont effectué un certain placement qui aujourd'hui dépérit dans la perte, ils me répondent souvent qu'ils ont fait des « recherches » qui montraient que le cours du titre avait récemment augmenté. Ils devaient tout simplement l'obtenir !

Investir uniquement en fonction des belles performances à court terme d'un actif par le passé ne fonctionne pas. En fait, cela peut amplifier les pertes subséquentes si le placement était déjà en croissance continue. De tels placements terminent souvent sous le feu des projecteurs lorsqu'ils sont au sommet de leur performance. Ils attirent beaucoup l'attention des médias et des investisseurs particuliers. À ce moment-là, cependant, l'argent intelligent est déjà parti, et le placement (une société de haut vol, ou une denrée très recherchée comme l'or, par exemple) est prêt à dégringoler. Souvenez-vous, les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Comparez le rendement de cet investissement « populaire » qui a attiré votre attention, à un titre de référence approprié sur le long terme. Vous constaterez souvent que les rendements passés ne garantissent même pas de bons rendements passés, et encore moins les résultats futurs.

4. Envie – Mais tout le monde s'en sort mieux!

Cela fait également partie des trois erreurs les plus courantes chez les investisseurs. Il s'agit aussi d'un destructeur infaillible de richesse. Vous avez souvent l'impression d'être constamment en retard. Vos collègues, amis et connaissances, votre barbier, votre coiffeur et tous ces vantards anonymes sur Twitter semblent amasser de l'argent grâce à d'excellentes décisions en matière de marché et de placement. Par conséquent, vous êtes tenté de placer tout ce que vous avez dans la jeune société Services de Puits Sec en Saskatchewan, tout comme votre voisin apparemment prospère, Fred. Ne tombez pas dans ce piège! Souvenez-vous, les gens ne se vantent jamais de leurs échecs, et il en existe beaucoup, probablement plus qu'il n'y a de succès.

Les marchés financiers fonctionnent souvent comme un troupeau, les investisseurs fuyant ou se ruant en même temps vers des placements individuels, des secteurs, des catégories d'actifs et des marchés entiers. En fait, le « marché » n'est rien de plus que les actions combinées de millions d'investisseurs individuels. Si vous vendez parce que le marché est en déclin, vous ne faites que suivre une mentalité de troupeau. Et souvent, le troupeau court juste au-delà du bord de la falaise.

Définissez vos objectifs de placement et développez un plan de répartition de portefeuille discipliné qui prend en compte votre tolérance au risque. Et puis respectez-le!

5. Paresse – Ne reportez pas!

Beaucoup de gens ne pensent pas avoir assez d'argent pour établir un plan financier. Après tout, la planification financière n'est-elle pas pour les personnes « riches et célèbres »? Loin de là. En effet, il se peut que vous n'ayez pas besoin d'un plan réellement exhaustif avant d'avoir accumuler une certaine quantité d'actifs. Mais si vous avez un bon emploi, peut-être même une maison et une famille grandissante, et un peu d'argent mis de côté (peut-être par le biais de votre employeur), un planificateur pourrait vous aider à fixer des objectifs raisonnables et à définir un plan pour atteindre ces objectifs.

6. Colère – Ne vous énervez pas, prenez votre revanche

Les marchés connaissent des périodes de volatilité, et nous en traversons une en ce moment. Le problème, comme toujours, est que personne ne sait précisément si ce qui se passe actuellement est en fait une « correction », le début d'un « marché baissier », ou bien une dynamique de marché temporaire déclenchée par un changement dans la confiance des investisseurs.

Le remède pour les humeurs volatiles du marché est de ne pas s'énerver ou paniquer. La meilleure chose à faire est de respecter votre plan d'investissement – si vous en avez un. Le bon côté ne peut être trouvé que si vous restez investi dans un portefeuille bien diversifié. La peur est à l'origine de mauvaises décisions de placement. Si vous avez fait une répartition d'actifs réfléchie, vous avez fait des choix de placement individuels solides, vous avez effectué vos recherches (fondamentales, techniques ou quantitatives), et vos objectifs de placement restent intacts, évitez la volatilité. Si vous avez une réserve d'argent, soyez prêt à saisir les bonnes affaires, surtout dans les secteurs de l'énergie et de la finance au Canada.

7. Orgueil – Connaissez vos limites

Dans la litanie d'erreurs de placement, celle-ci doit figurer près du sommet, voire même en tête de liste. Beaucoup d'investisseurs, en particulier les investisseurs autonomes, ont une confiance sans fondement en leur capacité à acheter et vendre un placement au moment idéal pour maximiser les profits et les rendements du portefeuille. En pratique, il est presque impossible de réussir de façon constante.

En tant que jeune investisseur, n'essayez pas d'être ce que vous n'êtes pas. La plupart d'entre nous avons tendance à surestimer notre capacité à tolérer le risque, la volatilité des placements et les pertes du marché, surtout lorsque nous sommes plus jeunes. Soyez toujours réaliste vis-à-vis de votre propre tolérance au risque. Si vous avez du mal à déterminer quel genre d'investisseur vous êtes vraiment, consultez un planificateur financier qualifié pour vous aider à vous mettre sur le bon chemin.

Ce mois-ci, assurez-vous de lire nos articles précédents sur la littératie financière :

* Littératie financière : Budgétiser
* Littératie financière : Dette
* Littératie financière : Synchronisation du marché

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2019 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.