Le mois boursier : Les actions continuent de baisser alors que domine l'anxiété

04-29-2022
Le mois boursier : Les actions continuent de baisser alors que domine l'anxiété

Le mois termine dans le rouge, aggravant le déclin sur le cumul annuel

 

Ces dernières semaines, les marchés boursiers ont été assaillis par une multitude d'inquiétudes, qui ont accru la volatilité et contribué à une pression de vente soutenue qui a culminé avec des pertes importantes pour la semaine et le mois pour la plupart des principaux indices.

En tête de liste des préoccupations des investisseurs figure la question de savoir si la nouvelle religion des banques centrales en matière de lutte contre l'inflation conduira à une récession. L'économie américaine s'est contractée, avec une baisse de 1,4 % du produit intérieur brut au premier trimestre de l'année. La mesure communément admise d'une récession est deux trimestres consécutifs de baisse de la croissance. Il semble peu probable que la Réserve fédérale américaine assouplisse sa politique monétaire de sitôt, car l'indice général des prix à la consommation a augmenté de 8,5 % en mars. Le taux des fonds fédéraux a été fixé à 0,25 %-0,50 % en mars, et le consensus s'attend à un resserrement plus agressif de la politique dans les mois à venir, le président de la Fed, Jerome Powell, ayant déclaré la semaine dernière qu'une hausse d'un demi-point de pourcentage était possible pour mai. Historiquement, une série de hausses de taux a souvent entraîné une récession et une correction boursière ou un marché baissier, car les investisseurs réévaluent à la baisse les prévisions de bénéfices futurs, ce qui entraîne une réévaluation des cours boursiers.

Ce processus est peut-être déjà en cours, car certains des plus grands noms parmi les méga-capitalisations technologiques affichent un rouge inhabituel. Les actions d'Amazon.com Inc. ont chuté de 13 % vendredi, après avoir enregistré leur première perte trimestrielle en sept ans. Netflix Inc. a vu le cours de son action dégringoler d'un sommet d'environ 699 USD en novembre dernier à 199 USD actuellement, soit une érosion de 72 % de sa valeur, les abonnés abandonnant massivement le service de diffusion en continu. Même la puissante société Apple Inc. a été touchée ce mois-ci, car les inquiétudes concernant ses activités et les problèmes de chaîne d'approvisionnement en Chine, qui est sous l'emprise d'un confinement contre la Covid draconien  imposé par le gouvernement, ont eu raison des ventes et des bénéfices solides de la société au premier trimestre, qui ont atteint ou dépassé les estimations.

Parmi les autres facteurs de crainte figurent la poursuite de la guerre russe contre l'Ukraine et l'aggravation des tensions dans toute l'Europe de l'Est, le président russe Vladimir Poutine ayant coupé l'approvisionnement en gaz de la Pologne et de la Moldavie. Certains y voient une menace directe à l'encontre des autres membres de l'OTAN qui dépendent des importations de gaz russe, principalement l'Allemagne. La hausse de l'inflation, les confinements en Chine et la flambée des prix de l'énergie (le durcissement des sanctions frappant les exportations de pétrole russe) ont tous contribué à l'influx de ventes sur les marchés américains en avril.

L'indice composé S&P 500 a perdu 3,6 % sur la semaine, pour une perte de 9,1 % en avril. L'indice est en baisse de 13,3 % sur le cumul de l'année, et figure en territoire de correction. De même, l'indice composé Nasdaq a encaissé les coups des ventes des actions des méga-capitalisations, avec une perte de 3,9 % sur la semaine, pour une perte totale de 13,5 % sur le mois. Le Nasdaq est en baisse de 21,2 % sur le cumul de l'année, et descend de 23 % par rapport à son sommet de novembre, entrant en territoire de marché baissier.

Au Canada, l'histoire est quelque peu différente, car la croissance du premier trimestre a surpris à la hausse, l'économie affichant une croissance du PIB de 4,5 % en glissement annuel en février, et certains prévisionnistes prévoyant une croissance de 5,6 % pour le PIB du Canada au premier trimestre. Et comme l'inflation globale a atteint un taux annuel de 5,7 % en mars, la Banque du Canada dispose d'une marge de manœuvre beaucoup plus grande pour relever de 50 points de base son taux cible du financement à un jour, qui est actuellement de 1 %, lors de sa prochaine réunion d'établissement de la politique monétaire.

L'indice de référence des actions de Toronto, l'indice composé S&P/TSX, a suivi ses homologues américains dans le rouge pour la semaine, perdant 2,2 % sur la semaine pour une perte de 5,5 % sur le mois. Fait important, l'indice n'a perdu que 2,2 % depuis le début de l'année, ce qui reflète la plus grande pondération de l'énergie, des matériaux, et des titres financiers dans l'indice, des secteurs qui ont mieux résisté que la technologie, qui a eu une influence si importante sur l'activité du marché américain. Le pétrole brut, qui a joué un rôle si important dans le soutien du S&P/TSX, a augmenté de 2,3 % au cours de la semaine, de 3,8 % en avril et de 38,4 % depuis le début de l'année. L'or, quant à lui, a reculé de 1,8 % sur la semaine et de 2,9 % sur le mois, pour un gain marginal de 1,5 % depuis le début de l'année.

Actualités des fonds

* Invesco lance deux nouveaux fonds mondiaux équilibrés. Le 25 avril, Invesco Canada Ltd. a lancé deux nouveaux fonds communs de placement, élargissant ainsi la gamme de fonds communs de placement mondiaux équilibrés de la société :

  • Le Fonds FNB mondial équilibré ESG Invesco investit dans un portefeuille de FNB d'actions ou de titres à revenu fixe qui sont gérés par Invesco ou une de ses filiales. Ces FNB emploient des stratégies de placement orientées vers les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), pour atteindre leurs objectifs de placement fondamentaux.
  • Le Fonds mondial équilibré Sélect Invesco détient un portefeuille équilibré d'actions et de titres à revenu fixe émis par le gouvernement et par des sociétés du monde entier.

* L'IFIC annonce les statistiques des fonds pour le mois de mars. Le 22 avril, l'Institut des fonds d'investissement du Canada (IFIC) a fait part des ventes nettes et de l'actif net des fonds d'investissement pour le mois de mars 2022.

L'actif des fonds communs de placement s'élevait à 2,002 mille milliards de dollars à la fin du mois de mars 2022. L’actif a augmenté de 4,1 milliards de dollars, ou 0,2 %, par rapport à février 2022. Les fonds communs de placement ont affiché des ventes nettes de 0,9 milliard de dollars en mars 2022.

L’actif des FNB a atteint 324,7 milliards de dollars à la fin du mois de mars 2022. L’actif a augmenté de 7,5 milliards de dollars, ou 2,4 %, par rapport à février 2022. Les FNB ont affiché des ventes nettes de 4,6 milliards de dollars en mars 2022.

Surveillez quotidiennement les principaux indices d'actions et de matières premières avec la page interactive des marchés sur Forum des Fonds.

@FundLibrary – Suivez Forum des Fonds sur Twitter pour des mises à jour et des informations quotidiennes.

Clauses de non-responsabilité

© 2022 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux.