La stratégie de la Banque du Canada se déploie

03-21-2022
La stratégie de la Banque du Canada se déploie

Implications de la hausse de taux en matière d’investissement

 

En réaction à l’inflation galopante et aux prix élevés des produits de base, la Banque du Canada (BdC) a décidé, le 2 mars, de relever son taux directeur, qui est passé de 0,25 %, soit le bas de sa fourchette effective, à 0,5 %. Cependant, la Banque a reconnu que l’incertitude géopolitique s’est accrue et a déclaré qu’elle entend poursuivre son programme de réinvestissement, en vertu duquel elle va continuer d’acheter des obligations du gouvernement du Canada uniquement pour remplacer les titres arrivant à échéance, ce qui aura pour effet de maintenir ses avoirs à un niveau relativement élevé pour le moment.

La Banque du Canada a pris de nouvelles mesures bellicistes pour supprimer le soutien monétaire de l’ère de la pandémie et a préparé les marchés à la nécessité d’un éventuel resserrement quantitatif (RQ). En plus de procéder à des hausses de taux, les autorités canadiennes envisagent désormais de mettre un terme au programme de réinvestissement en laissant les obligations du gouvernement du Canada qu’elles possèdent venir à échéance au lieu de les renouveler, réduisant ainsi la taille du bilan de la Banque du Canada, qui est énorme en ce moment.

Comment les marchés ont-ils réagi?

Le dollar et les marchés boursiers canadiens se sont redressés immédiatement après la première hausse de taux d’intérêt de la Banque du Canada depuis septembre 2018. Pour leur part, les obligations du gouvernement du Canada se replient et la courbe des taux s’aplatit, tendance qui, à mon avis, devrait se poursuivre tout au long du cycle de resserrement de la Banque du Canada. Pour que l’aplatisseur de marché baissier puisse se transformer en aplatisseur de marché haussier, je soupçonne qu’il faudra réduire la production, atténuer les perturbations des chaînes d’approvisionnement et calmer l’inflation.

Je ne voudrais pas être un décideur dans ce contexte d’incertitude géopolitique accrue et de chocs d’offre énergétique. Si une banque centrale réagit exagérément aux pressions inflationnistes, cela risque de restreindre les conditions financières, de miner la confiance et peut-être même de ralentir la croissance économique. Par contre, si l’intervention monétaire est insuffisante, cela pourrait exacerber les pressions inflationnistes ainsi que leur effet déstabilisateur sur la consommation et le rythme de l’activité économique.

Cependant, pour employer une métaphore de golf, je dirais que la Banque du Canada a frappé un coup d’allée. D’une part, les décideurs canadiens en ont fait juste assez pour envoyer un signal, en procédant à une hausse de 25 points de base au lieu de 50 points de base, disant que l’orientation des taux d’intérêt est en train de passer de stable à haussière. D’autre part, elle s’est arrêtée avant l’étape du RQ et n’a pas laissé son portefeuille d’obligations du gouvernement du Canada commencer à diminuer.

Implications en matière d’investissement

À tout le moins, je crois que les marchés boursiers canadiens et le secteur de l’énergie sont des couvertures géopolitiques intéressantes dans cette conjoncture très tendue.

J’ai l’impression que le Canada s’en sort généralement mieux dans une conjoncture de forte croissance économique mondiale, de hausse des prix des produits de base, d’appréciation du dollar canadien et de hausse des taux d’intérêt, autant d’éléments qui sont déjà en place.

Le graphique suivant montre que les actions canadiennes ont tendance à mieux se comporter lorsque les prix des produits de base augmentent (une forme d’inflation), comme c’est le cas depuis le début de 2020. Bien que le Canada soit un pays développé, il dépend de l’extraction des ressources, si bien que la hausse des prix des produits de base a été un maillon important d’une chaîne d’événements positifs pour le Canada. En termes simples, je crois que ce qui est bon pour les prix des produits de base est généralement bon pour l’économie canadienne.

Conclusion, la croissance économique, le début du cycle des prix des produits de base (tels que mesurés par l’indice des produits de base industriels du CRB), le huard et les actions canadiennes évoluent généralement dans la même direction au fil du temps. Toutes ces catégories d’actifs sont les « premières à réagir » et sont extrêmement sensibles aux moindres changements des perspectives économiques nord-américaines, qui restent relativement stables pour le moment.

Talley Léger est stratège principal en placement d’Invesco Canada.

Abonnez-vous au blogue Invesco Canada.

Avis de non-responsabilité

© 2022 par Invesco Canada Ltée. Reproduit avec permission.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 2 mars 2022. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.

Les renseignements fournis sont de nature générale et ne doivent pas être considérés comme des conseils fiscaux, juridiques, comptables ou professionnels, et le lecteur ne devrait pas s’y fier. Le lecteur devrait consulter son propre comptable, avocat ou autre professionnel pour obtenir des conseils adaptés à sa situation particulière avant de prendre quelque mesure que ce soit. Les renseignements contenus dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie.

Ce document fait référence au marché américain et son contenu peut ne pas s’appliquer au Canada.

Les placements dans des fonds communs de placement et des fonds négociés en bourse (FNB) peuvent comporter des commissions et des frais de gestion. Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions de suivi. Pour les fonds communs de placement, chaque taux de rendement indiqué est un taux de rendement total composé annuel historique qui tient compte des fluctuations de la valeur des titres et du réinvestissement de toutes les distributions, mais qui ne tient pas compte des commissions de vente et de rachat, des frais liés aux distributions ni des frais optionnels ou de l’impôt sur le revenu payables par un porteur de titres, qui auraient pour effet de réduire le rendement. Pour les FNB, à moins d’indication contraire, les taux de rendement pour les périodes de plus d’un an sont les rendements totaux composés historiques annuels qui comprennent les fluctuations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, et ne tiennent pas compte des commissions de courtier ou de l’impôt sur le revenu payables par un porteur de titres, qui auraient pour effet de réduire le rendement. Les fonds communs de placement et les FNB ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Les placements dans les FNB et les fonds communs de placement comportent des risques. Veuillez lire le prospectus avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès d’Invesco Canada Ltée à invesco.ca

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date indiquée et ne correspondent pas nécessairement à celles d’Invesco Canada. Les opinions exprimées dans ce document sont fondées sur le contexte actuel et peuvent changer sans préavis; elles ne visent pas à donner des conseils en placement précis. Les énoncés prévisionnels ne garantissent pas le rendement. Ils comportent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Même si ces énoncés sont fondés sur des hypothèses considérées comme étant raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne différeront pas substantiellement des prévisions.

Les produits dont il est question sur la page de blogue d’Invesco Canada sont offerts uniquement aux investisseurs canadiens.

†Invesco Fixed Income (IFI) est une entité composée d’Invesco Senior Secured Management, Inc. à New York, aux États-Unis, d’Invesco Advisers, Inc. à Atlanta, aux États-Unis, d’Invesco Asset Management Ltd. à Londres, au Royaume-Uni, et d’Invesco Canada Ltée à Toronto, au Canada.

Invesco Intactive Accumulation Portfolios are Invesco Canada mutual funds that invest in a portfolio of underlying Invesco Canada mutual funds and exchange-traded funds. Tactical asset allocation strategies are used on a portion of the Invesco Intactive Accumulation Portfolios. The corporate class versions of the Invesco Intactive Accumulation Portfolios invest in Series I units of these Portfolios.