À garder ou à jeter?

07-20-2020
À garder ou à jeter?

Les actions à détenir et celles à vendre

 

Le monde de l'investissement a changé quasiment du jour au lendemain. Certains titres résistent durant la crise de la COVID-19, mais d'autres qui semblaient solides il y a quelques semaines se font malmener.

Étant donné ce changement radical de circonstances, nous devons réviser nos portefeuilles et nous débarrasser des positions qui pourraient faire baisser nos rendements au cours des mois, voire des années à venir. Comme l'a dit Kenny Rogers dans sa chanson « The Gambler », « you've got to know when to hold 'em, know when to fold 'em »; c'est à dire que vous devez savoir quand garder vos cartes en main, et quand les jeter.

Gardant cela en tête, voici mes suggestions pour quelques recommandations de mon bulletin d'information Income Investor. Souvenez-vous qu'il n'existe aucune garantie que les dividendes maintiendront leurs niveaux actuels, mais les actions de la catégorie « À garder » devraient être raisonnablement sûres. J'utilise les cours à la clôture des négociations du 24 avril.

À garder

BCE Inc. (TSX: BCE). Comme le reste du marché, BCE a plongé en mars, mais l'action a depuis progressé et se négociait récemment à 57,58 $. La société devrait connaître une perte de revenu et de profits à mesure que se poursuit la récession liée à la COVID-19, mais le dividende semble sûr. Grâce à une hausse de 5 % prenant effet au versement de mars, les investisseurs reçoivent à présent un dividende de 0,8325 $ tous les trimestres (3,33 $ par an), pour un rendement de 5,8 %.

Fortis Inc. (TSX: FTS). Fortis est une compagnie d’électricité et de gaz naturel située à Saint-Jean. Elle possède plus de trois millions de clients au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes. La fermeture de petites entreprises et de l'industrie manufacturière affectera la demande cette année, je m'attends donc à une baisse des revenus et des bénéfices. Mais le prix de l'action, qui est descendu à 42 $ en mars, est remonté à 54,75 $. Le dividende trimestriel de 0,4775 $ (1,91 $ par an) rapporte 3,5 %.

North West Company (TSX: NWC). NWC exploite des magasins généraux, principalement dans le nord du Canada et en Alaska. Dans certaines petites communautés, il s'agit de la seule source d'approvisionnement de produits nécessaires. L'entreprise a été désignée comme un service essentiel. Le 30 mars, elle a publié une déclaration à l'intention de ses actionnaires sur la manière dont elle fait face à la COVID-19. Sur le plan financier, North West dispose d'une capacité disponible d'environ 190 millions de dollars sur les facilités de prêt existantes. « Cette capacité, combinée à une réduction prévue de 38 % des investissements en capital, de 104 millions de dollars en 2019 à 65 millions de dollars en 2020 et aux économies de coûts administratifs annualisées de 17 millions de dollars annoncées précédemment, devrait permettre une croissance des flux de trésorerie d'exploitation en 2020 », a déclaré la société. Le cours de l'action est remonté à 31,15 $ après être tombé à 16 $ à la mi-mars. Le dividende trimestriel est de 0,33 $ par action (1,32 $ par an) pour un rendement de 4,2 %.

Brookfield Renewable Partners (TSX: BEP.UN). Les entreprises du secteur des énergies renouvelables résistent assez bien, malgré les turbulences du marché. Les actions se sont récemment négociées à 55,73 $ US, soit une hausse de 20 % pour l'année en cours. C'est à peine un cheveu en dessous du record de 57,69 $ atteint en février, mais ce prix semblait alors gonflé. Les unités paient 0,54 $ US par trimestre (2,17 $ US par an) pour un rendement de 3,9 %.

À jeter

Sienna Senior Living Inc. (TSX: SIA). L'impact de la COVID-19 a particulièrement touché les résidences pour personnes âgées et les établissements de soins de longue durée. Jusqu'à présent, Sienna a réussi à éviter les épidémies dans ses propriétés de Colombie-Britannique, mais l'Ontario est une autre histoire. Au 19 avril, la société a signalé que la plupart des infections dans ses résidences de cette province avaient été contenues, mais qu'une situation grave s'était développée à Altamont Care Community à Scarborough, où plusieurs résidents et un préposé aux soins personnels sont décédés.

Le cours de l'action est passé de plus de 20 $ à 10,22 $. L'action verse un dividende trimestriel de 0,24 $ (0,94 $ par an) pour rendement de 9,2 %. En mars, la société a publié un communiqué de presse indiquant que « son bilan solide, ses liquidités abondantes et son ratio de distribution sain devraient continuer à permettre le paiement de dividendes à nos actionnaires ». 

Toutefois, les établissements de soins de longue durée seront presque certainement confrontés à une réglementation plus stricte après la fin de la crise de COVID. Un rapport publié la semaine dernière par le Centre canadien de politiques alternatives a révélé que les maisons gérées sur une base lucrative ont tendance à avoir des niveaux de personnel plus bas, des plaintes plus vérifiées, plus de transferts vers les hôpitaux et des taux plus élevés pour les ulcères et la morbidité. Les changements apportés au système sont susceptibles d'augmenter les coûts et d'exercer une pression sur les résultats de ces entreprises.

Extendicare (TSX: EXE). Extendicare est un autre fournisseur national de résidences de retraite et d'établissements de soins de longue durée. Selon Family Councils Ontario (Conseil de famille Ontario), au 24 avril, sept de leurs maisons en Ontario avaient signalé des cas de COVID-19 parmi les résidents ou le personnel. La société travaille avec les autorités pour contrôler la situation, mais comme nous le constatons, les résidences de soins de longue durée sont un terrain propice à la maladie. La société a maintenu son dividende jusqu'à présent, mais le cours de l'action est tombé à 5,64 $. À ce niveau, le rendement sur le paiement mensuel de 0,04 $ est de 7,8 %. C'est un rendement très intéressant s'il peut se maintenir, mais ce n'est pas une entreprise dans laquelle je veux investir pour l'instant, pour les raisons mentionnées ci-dessus.

Prairie Sky Royalty Ltd. (TSX: PSK). Comme si COVID-19 ne suffisait pas, le secteur du pétrole et du gaz a été frappé par des faibles prix, dus à la diminution de la demande et à la surproduction. De nombreuses entreprises ont réduit leur dividende, dont Prairie Sky, qui verse désormais 0,06 $ par trimestre (0,24 $ par an), pour un rendement de 2,9 %. Cela représente une réduction de deux tiers par rapport aux 0,065 $ par mois précédemment. C'est la même chose dans tout le secteur du pétrole et du gaz.

Il faudra beaucoup de temps avant que ce secteur ne se rétablisse, et nous pourrions ne plus jamais voir les dividendes élevés des années passées. Comme pour les sociétés du secteur des maisons de retraite, il est temps de jeter cette position.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2020 par Forum des Fonds. Tous droits réservés.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.