Ce que les nouveaux diplômés doivent vraiment savoir sur l'argent

06-29-2022
Ce que les nouveaux diplômés doivent vraiment savoir sur l'argent

Conseils financiers concrets

 

Les jeunes diplômés reçoivent toutes sortes de conseils, qu'il s'agisse des discours de remise des diplômes ou des conseils bien intentionnés de parents, d'amis ou d'autres personnes qui sont « passées par là ». Certains de ces conseils sont réellement précieux. Mais souvent, des conseils financiers solides et pratiques sont totalement absents de l'équation. Pourtant, d'une certaine manière, c'est le conseil dont les nouveaux diplômés ont le plus besoin pour démarrer leur carrière et se frayer un chemin dans le monde. Voici ce qu'ils doivent savoir dès maintenant.

Débarrassez-vous de vos dettes

Il est important de faire le point sur sa situation financière. Faites le point sur vos habitudes de consommation, sur ce que vous possédez et sur ce que vous devez. Une fois que vous avez une image réaliste de votre situation actuelle, vous pouvez commencer à prendre des mesures pour atteindre vos objectifs.

Trouver un emploi rémunéré est, bien sûr, votre priorité absolue. Vous devez disposer d'un flux de trésorerie indépendant, car vous ne pouvez pas compter éternellement sur la Banque Papa-Maman. Pour les jeunes diplômés, l'objectif financier à court terme le plus important est de commencer à rembourser le plus rapidement possible toute dette d'études existante.

La dette est insidieuse et les intérêts composés peuvent aggraver votre endettement. Développez un plan de remboursement de la dette – et respectez-le ! Remboursez le principal dès que possible. Sauter des paiements ou espérer bénéficier d'un quelconque programme gouvernemental « d'effacement de la dette » n'est pas une solution. Le fait d'esquiver le remboursement d'une dette, même d'un prêt étudiant, affectera votre cote de crédit, ce qui pourrait nuire à votre capacité d'obtenir un prêt pour une voiture ou un prêt hypothécaire pour une maison plusieurs années plus tard. Si vous avez des difficultés à respecter les remboursements de prêt à court terme, assurez-vous de contacter le responsable des prêts de votre école. Ils pourront peut-être ajuster les conditions de remboursement du prêt. Mais n'ignorez pas ces paiements !

Vivez selon vos moyens

Avec un emploi à temps plein, éventuellement assorti d'un bon salaire, de nombreux nouveaux diplômés sont attirés par la liberté financière et dépensent sans compter, généralement à crédit. Mais cela peut rapidement vous replonger dans la spirale de l'endettement - et c'est bien pire que la dette étudiante, car les taux d'intérêt des cartes de crédit sont stratosphériques. En un rien de temps, vous aurez utilisé toutes vos liquidités pour rembourser vos dettes de carte de crédit. Ne devenez pas esclave de la dette, évitez ce piège !

Commencez à acquérir des biens susceptibles de prendre de la valeur. Certains conseillers disent que vous devriez économiser 10 % de votre salaire brut. La plupart des diplômés étant au début de la vingtaine, c’est probablement très irréaliste. Donc, économisez ce que vous pouvez, même s'il ne s'agit que de quelques dollars par semaine. Vous serez surpris de la rapidité avec laquelle votre épargne s'accumule. Surtout si vous investissez de l'argent de manière efficace sur le plan fiscal. Et cela signifie des REER et des CELI.

Ouvrez un régime enregistré

Le compte d'épargne libre d'impôt (CELI). Investissez l'argent dans des fonds communs de placement ou des FNB de bonne qualité, dont beaucoup vous permettent de faire un placement initial pour aussi peu que 500 $ ou même moins. Les intérêts, dividendes et gains en capital générés dans le CELI sont tous libres d'impôt. Et tous les retraits le sont également.

Il n’y a pas de date limite pour les contributions au cours de l’année, car il n’y a pas de déduction fiscale disponible pour les contributions, comme c'est le cas pour les REER. Vous pouvez cotiser n’importe quel montant à n’importe quel moment de l’année, à condition de ne pas dépasser votre maximum. Vous devez avoir plus de 18 ans et avoir un numéro d'assurance sociale canadien valide.

Vous pouvez investir dans les mêmes types de « placements admissibles » qu'un REER, qui couvrent de nombreux domaines : actions, obligations, CPG, fonds communs de placement, FNB, et plus encore.

Le CELI est-il avantageux? Supposons que vous ayez 25 ans aujourd'hui et que vous puissiez cotiser immédiatement 1 000 $ à votre CELI. Si vous continuez ensuite à cotiser 100 $ par mois pendant 25 ans, à un taux de rendement annuel composé moyen de 8 %, votre CELI atteindra plus de 97 000 $. N'oubliez pas, cependant, qu'à mesure que vous vieillissez, que vous vous installez dans votre carrière et que vous augmentez vos cotisations, ce montant augmentera considérablement. Un CELI de 1,5 million de dollars ou plus à la retraite est tout à fait possible.

Régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Le même principe de croissance à l'abri de l'impôt s'applique aux REER. Ces régimes vous permettent de cotiser chaque année un certain pourcentage de votre revenu gagné, en échange de quoi vous bénéficiez d'une déduction fiscale. L'argent croît dans le régime avec un report d’impôt et n'est pas imposable tant que vous n’effectuez pas de retrait. Les REER sont généralement destinés à la planification de la retraite à plus long terme et sont utiles une fois que vous entrez dans les tranches de revenu supérieures (ce qui arrivera). Donc, au début, cotisez autant que vous le pouvez confortablement chaque année, mais commencez tôt et faites-le de façon constante. Voici quelques moyens de faire fructifier votre cotisation à un REER:

Dépôts automatiques. Faites un dépôt direct avec chaque chèque de paie. Votre argent est investi et commence à s'accumuler beaucoup plus tôt. Si vous venez de décrocher un nouvel emploi, vérifiez auprès de votre employeur s'il offre un REER collectif. Ces REER ont la même structure qu'un REER individuel, sauf qu'ils sont administrés par l'employeur qui engage des gestionnaires de fonds professionnels pour gérer le régime, et les choix de placement individuels sont généralement limités. Mais ils ont l’avantage supplémentaire de laisser les employés et l’employeur cotiser au régime. Les cotisations sont déductibles des impôts et, comme les REER individuels, l’impôt sur la croissance des investissements à l’intérieur du régime est différé jusqu’à sa fermeture.

Les cotisations salariales sont versées par retenues salariales régulières et les cotisations entraînent une déduction fiscale. Si la déduction fiscale donne lieu à un remboursement annuel appréciable, vous pouvez l’utiliser pour réduire votre retenue à la source.

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

Contenu protégé par le droits d'auteur © 2022 par Robyn K. Thompson. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.